5 décembre 2009

GILLETTE & NIVEA : A POIL LES HOMMES !

Après les joues des messieurs, les fabricants de cosmétiques s'attaquent à leurs bijoux de famille. En voici la preuve avec ces 3 spots publicitaires pour les marques Gillette et Nivea. Mieux qu'une campagne publicitaire, les marques surfent sur la vague "0 poil" et nous apprennent à se raser la moindre partie de notre corps velue.

Il y a à peine dix ans, il semblait impossible pour un homme de s’épiler sans renoncer à une part de sa virilité. Que ce soit sur le torse, les jambes, les abdominaux, voire même les épaules et le bas du dos, les poils de Monsieur n’avaient rien à redouter : ils symbolisaient la masculinité dans toute sa vigueur un peu sauvage et non domestiquée. Bien accrochés à leurs follicules, ils ne se doutaient pas que, dix ans plus tard, ils seraient pourchassés par la tondeuse ou la cire dépilatoire. Même les poils du pubis sont aujourd’hui menacés d’éradication. Mais que s’est-il passé ? La réponse est simple, le changement des mentalités : l'homme poilu est devenu ringard, l’homme épilé est branché.

Le mâle d’aujourd’hui est imberbe, à l’image des campagnes de pub. L’épilation masculine n’est pas seulement entrée dans les mœurs. Elle est aujourd’hui souhaitée, tant par les hommes que par les femmes, et ce aussi bien au niveau esthétique que de l'odorat !
Mais combien sont-ils ces garçons qui domestiquent leur toison ? D’après une étude, plus d’un tiers des hommes ont recours à l’épilation.

Certains ont commencé à s’épiler sur la demande de leur partenaire, d’autres parce qu’ils pratiquaient un sport qui l’exigeait, et d’autres encore parce qu’ils avaient envie de suivre la mode, mais sans toujours oser l’affirmer.
L’épilation masculine correspond à la nécessité de transition de l’homme «ancien» et donc velu, à l’homme nouveau. Les poils sont associés à la volonté de dominer, et à la répression de la sensibilité. Un homme nouveau qui n’a pas la tâche facile et qui se cherche encore. La limite entre l’épilation souhaitable et l’épilation excessive est ténue. Serait-on arrivé à une égalité des sexes face au poil?

Chez les garçons comme chez les filles, la chasse au poil se radicalise. Tout y passe. Poils de bras, de jambe, de dos, de torse, de pubis ou même d’orteil, pas un n’est à l’abri des méthodes ancestrales ou modernes qui visent à l’éradiquer (à la maison, on utilise le rasoir, la crème, la cire et l’épilateur électrique, alors que les instituts proposent l’épilation à la cire, au sucre, ainsi que l’épilation électrique et au laser).

Cette aversion pour les poils (et la volonté de s’en débarrasser à tout prix) s’inscrit dans le cadre d’un reniement par l’humain de son être primitif et de la partie préhistorique qui subsiste en tout un chacun.

Share This

0 commentaires:

 

Commercial Men Copyright © 2009 Fashionzine is Designed by Ipietoon for Bie Blogger Template
In Collaboration With Teen Celebrities