29 octobre 2009

DIRK BIKKEMBERGS : LE MARKETING EN VITRINE

Bon d'accord, c'est loin d'être un scoop puisque l'aventure a commencé en mai dernier, mais je ne pouvais passer à côté de ce plan marketing étonnant, d'autant que DIRK BIKKEMBERGS est l'un de mes couturiers préférés.

Andrea Vasa est un jeune footballeur italien, qui fait partie d’une petite équipe lombarde de 4e division. Ce sportif ne figurera certainement jamais dans les agendas des grands managers mais il rentrera sûrement dans le livre des records, non pour ses exploits sportifs, mais grâce au couturier belge Dirk Bikkembergs, avec lequel il s'est lié d'amitié et a signé en début d'année le contrat le plus fou de sa carrière : vivre pendant quelque mois à l'intérieur du nouveau mégastore Bikkembergs de la piazza Cavour, une des plus élégantes de Milan.

Andrea vit donc comme à la maison mais au cœur même des rayons, entre jeans, vestes, chemises et chaussures. Au contact quasi permanent des clients et sous le regard des passants ou badauds qui, à travers les vitrines du magasin, peuvent le voir regarder la télé, parler au téléphone, discuter ou boire un verre avec ses invités, ou se brosser les dents avant de se coucher.
Sa journée type ? Lever vers 8 h 30- 9 heures, une heure avant l'ouverture du mégastore et l'arrivée des clients. Antonella, sa gouvernante, vêtue d'une robe noire et d'un tablier blanc, lui prépare alors son petit déjeuner, qu'il prend au premier étage, dans la salle à manger. Elle lui fait part des éventuels appels téléphoniques et lui apporte son courrier.

Puis il s'habille, fait un peu de musculation, dans l'une des salles du magasin du premier étage et en vitrine, naturellement, et après une bonne douche dans une salle de bains tapissée de photos de sport et de pages de quotidiens sportifs, il se relaxe quelques minutes dans le grand salon du rez-de-chaussée où, avec humour, sont exposés sur une étagère murale en cristal tous les trophées qu'il aurait aimés gagner. Puis, au volant de sa Porsche Carrera blanche, garée au rez-de-chaussée du magasin et elle aussi, naturellement, en vitrine, il se rend à l'entraînement.

«Ce qui me plaît dans cette expérience, dit Andrea, c'est que je suis libre d'aller et venir comme chez moi. Je ne vis pas comme dans “Loft Story”, espionné, sous surveillance vidéo et obligé de raconter je ne sais quoi pour faire de l'audience. Non, je vis ma vie quotidienne de footballeur, mais j'habite à l'intérieur d'un magasin. Il m'arrive, quand je rentre tard le soir, de me cuisiner des pâtes et de manger devant la télé ou sur un coin du lit en chattant sur mon ordinateur, sans tenir compte des gens qui passent, regardent ou commentent cette expérience.

Mais parfois, et cela m'est déjà arrivé, si je ne suis pas d'humeur à montrer ma vie, j'appuie sur la télécommande électrique et je ferme tous les rideaux. Cette expérience m'enrichit, conclut Andrea, car elle me permet de faire tout ce que je faisais auparavant, avec un peu plus d'argent et de notoriété, et surtout l'espoir de voir d'ici peu, peut-être, quelques nouveaux rêves se réaliser…». Espérons pour lui, je pense qu'il l'a bien mérité !



Source : Le Figaro.fr

Share This

0 commentaires:

 

Commercial Men Copyright © 2009 Fashionzine is Designed by Ipietoon for Bie Blogger Template
In Collaboration With Teen Celebrities